Skip navigation


Pendant la Guerre de Sécession, trois hommes, préférant s’intéresser à leur profit personnel, se lancent à la recherche d’un coffre contenant 200 000 dollars en pièces d’or volés à l’armée sudiste. Tuco sait que le trésor se trouve dans un cimetière, tandis que Joe connaît le nom inscrit sur la pierre tombale qui sert de cache. Chacun a besoin de l’autre. Mais un troisième homme entre dans la course : Setenza, une brute qui n’hésite pas à massacrer femmes et enfants pour parvenir à ses fins. -Allociné-

Mon prof de français et le cercle des élèves de mon école ont organisés hier soir une projection de ce film de Sergio Leone. C’est donc dans les meilleures conditions que j’ai pu découvrir ce classique des classiques. Il est en premier lieu important de savoir que derrière ce film il y a beaucoup de choses, des sous-entendus, d’images, etc… Notamment de l’Italie des années de plombs. Ce qui m’a frappé du premier coup d’œil dans ce film, c’est la différence nette entre les 3 personnages. 3 noms différents, 3 revolvers différents, 3 style vestimentaires différents, 3 chevaux, 3 styles, 3 personnalités très bien dessinées. Un Clint Eastwood incarnant la classe absolue, un Eli Wallach (Tico) immorale et abruti, et un Lee Van Cleef (Sentenza) impressionnant à l’image. Le duo Eastwood/Wallach injecte au film un humour au ton spécial. C’est très plaisant.

Ensuite, il y a bien sûr la musique. Ennio Morricone est tout simplement extraordinaire, je n’arrive pas à décrire ce que je ressens lorsque j’écoute la musique du cimetière (voir la vidéo plus bas). On nous offre également des plans extraordinaires, autant sur les grandes plaines que sur les visages des personnages. Le travail sur l’image est incroyable. Ce film est vraiment grandiose, dans tous les domaines.

Un grand classique des westerns à ne surtout pas rater. Un grand, grand, grand film. Complètement fan.

  • Personnage préféré : Clint Eastwood (dit « Blondin »), la classe incarnée
  • Scène préférée : Tuco qui court dans le cimetière, surtout pour la musique

J’aime tellement cette scène que je la met sur mon blog (et ouai) :

Le Bon, La brute et le truand : la scène du cimetière

Publicités

5 Comments

  1. Je plussoie, magnifique musique dans la dernière scène.. Et scène mythique au passage. La maitrise du tournage est hallucinante !

    • Le moment le plus intense je trouve, c’est quand Tuco se relève, et qu’on voit toutes ses tombes. A ce moment précis il y a les notes parfaites pour accompagner. Extra.

  2. Tout à fait!

    Par contre y’a un truc qui m’a vraiment gêné dans la suite de cette scène: c’est quand Tuco court, et que des fois la caméra se met à tourner sur elle-même pour faire un effet de flou.
    Je trouve ça assez malhabile en fait, ça fait plus de dégâts à mon cerveau qu’autre chose.. Mais c’est bizarre car touts les plans autres que ceux la sont magnifiques.. J’sais pas ce que t’en penses ?

    • Ben j’étais flou sur le sujet (ahah facile ok) mais tout à l’heure Fantini a proposé que ce flou participe à l’écrasement qu’effectue le cimetière sur Tuco. Il est perdu et il ne sait pas comment chercher. Moi j’ai trouvé que même si ça faisait mal à la tête c’était bien pour imagé ce qu’il y avait dans la tête de tuco : Il était dans la quête du cimetière, fixé sur un endroit, et maintenant il est perdu car il a un objectif mais il ne sait pas exactement où il se trouve. Un sorte d’image de la désillusion de Tuco. Ça se voit dans sa démarche, il hésite dans les directions et court comme une tantouse.
      En prolongement un peu tortueux je dirais aussi que de part la musique et les mouvements de la caméra, Leone créé une montée lente du stress que ressent Tuco jusqu’à la crise où les violons soulèvent le cœur et où la caméra s’affole en tournant à une vitesse pas possible.
      Je pense qu’il y a vraiment beaucoup à exploité sur cette scène.
      Ah aussi, pour finir, on peut aussi voir un lien entre la quête de l’argent et les morts : 200’000$ cachés dans un cimetière, ce n’est pas fait par hasard…

  3. Sergio léone a fait un trés beau film car il a laissé les acteurs improvisés leur réaction dans la majeur partie du film.


One Trackback/Pingback

  1. […] ambiance western et un titre qui nous évoque bien sûr le chef-d’œuvre de Sergio Leone : Le Bon, le brute et le truand. Je ne dirais pas que c’est une parodie, ni un remake sauce coréenne mais plutôt “un […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :