Skip navigation


Il y a maintenant plus de dix ans que le monde a explosé. Personne ne sait ce qui s’est passé. Ceux qui ont survécu se souviennent d’un gigantesque éclair aveuglant, et puis plus rien. Plus d’énergie, plus de végétation, plus de nourriture… Les derniers survivants rôdent dans un monde dévasté et couvert de cendre qui n’est plus que l’ombre de ce qu’il fut. C’est dans ce décor d’apocalypse qu’un père et son fils errent en poussant devant eux un caddie rempli d’objets hétéroclites – le peu qu’ils ont pu sauver et qu’ils doivent protéger. Ils sont sur leurs gardes, le danger guette. L’humanité est retournée à la barbarie. Alors qu’ils se dirigent vers le sud, le père se souvient de sa femme et le jeune garçon découvre les restes de ce qui fut la civilisation. Durant leur périple, ils vont faire des
rencontres dangereuses et fascinantes. Même si le père n’a ni but ni espoir, il s’efforce de rester debout pour celui qui est désormais son seul univers. -Allociné-

Très intrigué par l’histoire, j’ai absolument voulu voir ce film. J’aimais bien le cadre, et je sentais quelque chose d’original. Je n’avais pas tord du tout. Alors que des gros films vous montrent la terre se détruire comme 2012, La Route nous propose une vision différente de la fin du monde. Outre la destruction physique des humains et de leur monde, c’est surtout l’altération morale de l’homme qui est mise en avant. On ne connait même pas l’origine de cette destruction, et on ne la saura jamais. Cette triste aventure que vont vivre ces deux personnages est très intense par moments, et les passages entre ces scènes sont silencieuses et calmes. Moralement, je trouve que la scène où l’afro-américain est nu est la plus dure. Il y a de nombreuses scènes où le père est très touchant également. Le long de la route, il apprend à son fils les valeurs de l’humanité, et ce qu’il doit faire au cas où il vienne à se retrouver seul.

Très prenant, ce film va sans doutes, je le pense, permettre à Viggo Mortensen de remporter au moins une récompense pour son rôle ; il est tout simplement bluffant. Ce film est très dure et il faut arriver à passer par-dessus le mystère de cette destruction pour sentir la véritable cible du film.

Touchant et bouleversant, La Route n’est pas fait pour passer un moment agréable, mais il vous fera réfléchir sur les valeurs de la condition humaine. Une grosse et agréable surprise.

  • Personnage préféré : Le père
  • Scène préférée : la maison des cannibales
Publicités

2 Comments

  1. je pense que j’irai le voir des qu’il sortira a mornant, il a l’air bien et puis .. Viggo Mortensen quoi =D

    • Je te le conseille mec 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :