Skip navigation


Au cinquième jour de la sanglante bataille d’Iwo Jima, cinq Marines et un infirmier de la Navy hissent ensemble le drapeau américain au sommet du Mont Suribachi, tout juste repris aux Japonais. L’image de ces hommes unis face à l’adversité devient légendaire en l’espace de quelques jours. Elle captive le peuple américain, las d’une guerre interminable, et lui donne des motifs d’espérer.
Pour mettre à profit cet engouement, les trois « porte-drapeaux » sont livrés à l’admiration des foules. Leur nouvelle mission : servir leur pays en vendant les précieux Bons qui financent l’effort de guerre.
Le laconique John « Doc » Bradley, le timide Amérindien Ira Hayes et le fringant Rene Gagnon se prêtent au jeu avec un dévouement exemplaire. Ils sillonnent sans relâche le pays, serrent des milliers de mains et prononcent des allocutions. Mais, en leur for intérieur, une autre bataille se livre…

Il existe des kilomètres de films qui parlent de la Seconde Guerre Mondiale. Comique, drame, action, animation ; elle est passée par tous les domaines, et pas qu’une fois. Beaucoup se ressemblent, utilisant la mort des soldats pour émouvoir le public et les explosions pour en mettre plein les yeux. Dans Mémoires de nos pères, Clint Eastwood est allé bien plus loin ; il creuse dans le fond des pensées des soldats. Notamment les 3 gaillards qui rentrent au pays pour faire des collectes d’argent, que l’on traite de héros, mais qui eux se rappellent de leurs alliées morts au combat.

C’est un film que j’ai trouvé très beau et très puissant. Il prend au fond des tripes, il montre des choses touchantes, il nous fait ressentir des choses uniques. J’ai comme film fétiche d’Eastwood Gran Torino, mais Mémoires de nos pères n’est pas loin.

Original dans ce qu’il touche, c’est un excellent film sur la Seconde Guerre Mondiale.

  • Personnage préféré : Ira, pour les Indiens
  • Scène préférée : Les blessés sur la plage
Publicités

One Trackback/Pingback

  1. […] oeuvre du diptyque formé avec Mémoires de nos pères, Clint Eastwood remet le couvert en passant cette-fois ci du côté Japonnais. Comment se sont-ils […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :