Skip navigation


Jeff Lebowski, prénommé le Duc, est un paresseux qui passe son temps à boire des coups avec son copain Walter et à jouer au bowling, jeu dont il est fanatique. Un jour deux malfrats le passent à tabac. Il semblerait qu’un certain Jackie Treehorn veuille récupérer une somme d’argent que lui doit la femme de Jeff. Seulement Lebowski n’est pas marié. C’est une méprise, le Lebowski recherché est un millionnaire de Pasadena. Le Duc part alors en quête d’un dédommagement auprès de son richissime homonyme… -Allociné-

Élément incontournable de la filmographie des frères Coen, noyau de la loose par excellence, The Big Lebowski m’est apparu ce soir comme une agréable nouveauté, bien qu’il date de plus de 10 ans. Les deux prodiges m’ont une fois de plus marqué par l’intensité et la profondeur des personnages, marqués par un style, une voix, une dégaine, … En l’occurrence ici, le mémorable trio formé par The Dude, Walter et Donny ne peut pas ne pas vous frapper. The Dude est sans doute le pire « héros » du monde, et j’utilise les guillemets car on ne peut pas vraiment le désigner par ce terme. Il n’est pas moteur, il n’évolue pas, il ne maîtrise pas sa parole et même il ne maitrise rien dans l’histoire. On a l’impression que ce mec a un retard de 10 ans sur la société. Mais cela n’en fait pas moins un personnage attachant.

De plus l’histoire est totalement loufoque, une intrigue forte mais une finalité futile, on ne saura jamais la vérité, les Coen arrivent à nous convaincre que finalement, on s’en fout. Et toute la force du film est là : le « on s’en fout ». Hormis le côté « personnage » et « histoire », le film a un aspect visuel très marqué, du point de vue artistique ; les scènes de rêves, certains plans burlesques, mais aussi les musiques, dont un thème qui revient souvent et résume simplement tout l’esprit du film.

Quand l’intérêt de savoir la vérité sur l’histoire est nul, on profite pleinement du vide plaisant de la carence d’utilité du film.

Ma note Allociné : 4/5

Publicités

One Trackback/Pingback

  1. By Fargo « Le Blog-Ciné de Clem on 29 Nov 2010 at 12:06

    […] interprétés par Steve Buscemi et Peter Stormare. La premier est le petit chouchou des Coen (The Big Lebowski, Le Grand Saut, Barton Fink, Miller’s Crossing) mais on l’a également vu dans des gros […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :