Skip navigation


En plein hiver, Jerry Lundegaard, un vendeur de voitures d’occasion à Minneapolis, a besoin d’un prêt de Wade Gustafson, son riche beau-père. Endetté jusqu’au cou, il fait appel à Carl Showalter et Gaear Grimsrud, deux malfrats, pour qu’ils enlèvent son épouse Jean. Il pourra ainsi partager avec les ravisseurs la rançon que Wade paiera pour la libération de sa fille. Mais les choses ne vont pas se dérouler comme prévu.

En ces temps où le froid arrive à grands pas et où la neige commence à faire quelques apparitions, quoi de mieux comme film que Fargo pour terminer ma série Coen. En effet, en plus d’un décor du Minnesota hivernal profond, toutes les scènes sont froides, les dialogues sont rigides, rares sont les moments où l’on retrouve un peu de chaleur entre l’inspecteur Gunderson et son mari. Et les personnages de l’histoire n’échappent pas à la règle ; tous froids, abîmés, tristes. Encore une fois, seule Gunderson sort du lot, bien que toute cette enquête va l’accabler.

Devant le scénario toujours aussi béton des Coen, récompensé aux Oscars, s’alignent 4 acteurs épatants incarnant 4 personnages profonds. William H. Macy dans le rôle du dépressif Jerry Lundergaard, père de famille dépassé par ses dettes qui jongle gauchement entre toutes les arnaques à sa disposition. Dès le début du film, rien qu’à sa tête, on sait que monsieur est dans le pétrin. On l’a déjà vu dans un bon nombre de films mais personnellement c’était ma première fois à l’écran. Frances McDormand, récompensée aux Oscars pour son rôle de Marge Gunderson, inspecteur de police d’un talent rare, dépassée par la tournure de son enquête, qui puise sa force dans l’amour qu’elle partage avec son mari. Vous l’avez peut-être déjà aperçu dans Aeon Flux, Burn After Reading, Catwoman.

Ensuite les deux abrutis Carl et Gagear, respectivement interprétés par Steve Buscemi et Peter Stormare. La premier est le petit chouchou des Coen (The Big Lebowski, Le Grand Saut, Barton Fink, Miller’s Crossing) mais on l’a également vu dans des gros monstres tels que Armageddon, Big Fish, The Island et dans le projet Paris, Je T’aime. Le deuxième, c’est la tête de chien de chasse vu dans Jurassic Park, The Big Lebowski, Armaggedon, Le Chocolat, Minority Report, Les Frères Grimm, L’Imaginarium du Docteur Parnasius. En résumé : une quatuor parfait pour un film aussi intense, le don des Coen pour toujours choisir des acteurs aux gueules si expressives.

Le burlesque habituel des Coen mêlé au froid et aux meurtres vous fera-t-il rire ? Essayez Fargo.

Ma note Allociné : 4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :