Skip navigation


Rivalités dans la troupe du New York City Ballet. Nina est prête à tout pour obtenir le rôle principal du Lac des cygnes que dirige l’ambigu Thomas. Mais elle se trouve bientôt confrontée à la belle et sensuelle nouvelle recrue, Lily…

Le monde de la danse classique n’est pas peuplé seulement d’anges. Darren Aronoksky, le réalisateur de Black Swan, nous le fait bien sentir. Allant chercher à mettre le public en sur-suspens dans les moments clés de l’histoire, il utilise habilement le son, l’image, les visages, les mots pour nous crisper au siège. Heureusement que la naïveté et la gueule d’ange de Nina nous réconforte. Mais bon, le réconfort est de courte durée.

Intégrer le cygne blanc, c’est facile pour Nina ; couvée par sa mère, elle s’endort avec une boîte à musique, elle ne sort pas, sa chambre est digne de celle de votre cousine de 12 ans. Mais dans le Lac des cygnes, il y a aussi le cygne noir. Nina n’a vraiment pas le profil pour ce rôle. Elle ne s’impose pas, elle se laisse séduire, elle obéit. C’est grâce à Lily, la nouvelle recrue, qu’elle va réussir à trouver son cygne noir. Et à partir de ce moment là, on se rend compte que la danse n’est que le masque du film.

Nina entre dans un tourbillon cauchemardesque, où les hallucinations se multiplient. Fatigue, pression, elle n’arrive plus à supporter ça. Le film voit son rythme s’emballer, Nina semble changer de visage, de vie, elle se fait martyriser par les évènements. Notre esprit se fait lui aussi martyriser en passant des scènes réelles aux non-réelles, très difficilement car on ne peut pas arriver à discerner les deux catégories. Au point où l’on peut même se demander si Lily n’est pas elle aussi une hallucination. Si vous le pouvez, je vous invite à revoir le film avec comme idée en tête que Lily n’est pas réelle, qu’elle n’est que le cygne noir de Nina.

Tout cela pour dire que Black Swan m’a séduit avec ce mélange entre réel et non-réel, une photographie réussie, un casting pointu, une bande-son parfaite. Sortir du cinéma en se demandant « C’est quoi, en fait, la vérité ? » et ben pour moi, c’est avoir vu un film parfait.

La danse en masque, Black Swan est un magnifique thriller noir et blanc en couleurs… A voir absolument.

Ma note Allociné : 4,5/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :