Skip navigation

Tag Archives: Comédie Musicale

les_miserables_2012

Un an et six mois que je ne suis pas venu ici. Au fil du temps la motivation pour écrire des articles sur des films, des coups de gueule, des coups de coeur, s’est estompée. Ces derniers temps l’idée de réécrire ici a commencé à refaire surface. En effet les dernières sorties ciné ont pour la plupart été bouleversantes ; du dernier chef d’oeuvre de Monsieur Tarantino Django à la bombe Zero Dark Thrity, en passant par le premier James Bond de Sam Mendes Skyfall, la clôture de trilogie Dark Knight Rises ou encore l’étonnant Ted. Et c’est jeudi dernier, le 14 février, perpétuel jour des amoureux que ma passion, mon amour pour le cinéma est réapparu.

Le coupable ? Non pas un film parfait mais à ma grande surprise, un film qui m’a frustré. Et c’est ça qui est le plus fort dans cette histoire. Il est 22h, je me rend au Gaumont Place Wilson, à Toulouse. Toujours un plaisir d’aller au cinéma dans la ville rose, quand on sait qu’en qualité d’étudiant, la place est en-dessous des 5 euros. Je m’installe confortablement dans une salle relativement vide accompagné d’une charmante compagnie. Après une série interminable de bande-annonces, le film démarre, les premiers chants retentissent, il est 22h15. Ces chants s’arrêteront deux heures et trente minutes plus tard, je sors du cinéma à 00:45. Aucun entracte, aucune pause.

Que s’est-il passé pendant plus de deux heures ? Comme je l’ai dit, ils ont chanté. Ils ont chanté pour exprimer leur peine, leur haine, leurs croyances. Mais ils ont aussi chantonné pour parler de la pluie et du beau temps, pour dire leur nom, pour combler les vides entre deux instants magiques de chants. Il est vrai que ce film est assez atypique dans le sens où sa réalisation colle à la peau de la comédie musicale éponyme, cependant on ne peut pas faire tout comme une comédie musicale et se contenter de le filmer, en rajoutant des décors et des effets spéciaux.

les_miserables_2012_javert

Le chant des prisonniers lors de l’épilogue est frissonnant. Mais voilà que, sorti de nulle part, Russell Crowe surgit et se met à chanter. Blocage immédiat. GladiatorUn homme d’exception, American Gangser ; cet acteur m’a toujours fait rêver dans de grands films, avec des personnages poignants. Ici, malgré le respect qu’il impose dans ses costumes d’époque,  j’aurais préféré qu’il se contente de parler. Sa voix est si roque, si poignante, mais pour l’occasion il nous sort une voix chantée à la limite du surnaturel. C’est bien dommage car je pense qu’il est né pour ce rôle de Javert.

A cette performance vocale douteuse, rajoutez une infinité de passages lyriques de trente secondes pour que deux personnages se disent typiquement « Quelles sont les nouvelles ce matin », « Comment allez-vous mon père », « Comment t’appelles-tu petite putain ? ». Une fois que le film atteint un bon 2h30 vous pouvez arrêter et livrer les copies dans les salles obscures. Ces moments de déception sont forts dommages car ils viennent entraver des scènes magnifiques, où la musique est belle, les paroles résonnent dans votre tête, votre coeur bat au rythme des acteurs. Alors qu’une scène interminable de chant ennuyeux endort la salle, la suivante nous éveille en découvrant le jeune Gavroche qui chante dans les rues parisiennes, accompagnée d’une foule qui créé un choeur renversant.

les_miserables_2012_anne

Le solo de la délicieuse Anne Hathaway qui apparaît dans les bandes-annonce nous trempe les yeux, les magnifiques « Do you hear the people sing » et « Red and Black » chantées par les révolutionnaires est poignante, lorsque Gavroche, criblé de plombs, ne peut terminer sa fameuse chanson, notre gorge est nouée comme rarement devant un film. Et bien sûr les images de la jeunesse rebelle, portant fièrement leur cocarde, criant « Vive la France », sont magnifiques. Tout au long du film on suit un Hugh Jackman au sommet de son art, pour le coup beaucoup plus plaisant à entendre chanter que Russell Crowe. Je finirai par saluer la performance du couple Sacha Baron Cohen / Helena Bonham Carter, parfaitement détestables autant l’un que l’autre.

les_miserables_2012_jeunes

Voilà donc le bilan que je tire de ce film ; il contient des images, des scènes tellement belles, tellement bouleversantes  que je me demande comment j’ai pu sortir de la salle avec ce sentiment d’énervement, de frustration, de dégoût envers ce film. Mon avis ne cesse d’osciller entre ces deux avis, d’un côté une réalisation splendide d’un classique de la littérature française, de l’autre un sentiment d’avoir un film incomplet, mal équilibré, et surtout beaucoup trop long. Je pense que je ne pourrais jamais choisir l’un ou l’autre, je me contenterais de conclure par un avis partagé.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :